L’UNIQUE

L’Unique est un outil de liaison de l’UNEQ : nouvelles sur les activités et les dossiers de l’heure à l’Union, sur les enjeux politiques, économiques, juridiques, régionaux, etc., et autres questions d’actualité pour les écrivains.

 

Suzanne Aubry

Déjà 2018 ! Je succombe au rituel des vœux, et je vous souhaite une année 2018 inspirante, du temps pour vous lancer dans l’écriture ou terminer votre ouvrage inachevé ; je vous souhaite que votre opus soit le prochain coup de cœur d’une maison d’édition, et qu’il fasse la conquête d’un lectorat nombreux, fidèle et fervent. C’est beaucoup en demander, mais je suis une éternelle optimiste !

Et comme l’édition va de pair avec un contrat, j’aimerais aborder avec vous la question des droits dérivés, et plus précisément celle des droits d’adaptation.

Beaucoup d’auteurs ne connaissent malheureusement pas bien ces droits ni leur importance pour mieux faire connaître leurs œuvres ici et à l’étranger, et leur donner un second souffle.

Les écrivains devraient-ils systématiquement conserver tous leurs droits dérivés ? J’ai demandé à Geneviève Lauzon, responsable des programmes de diffusion et de formation à l’UNEQ, d’éclairer ma chandelle (et la vôtre) à ce sujet, sous forme de questions-réponses.

Danièle Simpson

Vous vous souvenez peut-être qu’en 2012, le gouvernement Harper a modifié la Loi sur le droit d’auteur dans le but, disait-il, de la moderniser.

Suzanne Aubry

L’année 2017 fut écrite sous le signe du changement. Après avoir été élue présidente par le conseil d’administration, au mois de mai dernier, afin de poursuivre le mandat de Réjane Bougé jusqu’en décembre 2018, j’ai dû procéder, avec le comité de direction de l’UNEQ, au remplacement de notre directeur général, Francis Farley-Chevrier. Après six années de bons et loyaux services, Francis souhaitait donner une nouvelle orientation à sa carrière, que je lui souhaite heureuse et remplie de succès.

UNEQ

Le Comité des régions de l’UNEQ veille à défendre particulièrement les droits socioéconomiques des écrivaines et des écrivains habitant et oeuvrant sur le territoire québécois. Formé de la présidente du conseil d’administration de l’UNEQ, du directeur général de l’UNEQ, de la représentante des régions du conseil d’administration ainsi que des représentants et délégués des régions, il assure un contact entre les écrivaines et les écrivains en région et l’UNEQ ; il soutient les échanges et les liens entre les territoires représentés, tout en soutenant une promotion de la littérature créée par les écrivaines et les écrivains québécois en région.

Danièle Simpson

L’appui financier du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), qui a permis l’embauche d’une doctorante en littérature, Charlotte Comtois, supervisée par une membre du comité, Isabelle Boisclair, professeure de littérature à l’Université de Sherbrooke, contribuera à chiffrer l'inégalité hommes-femmes en littérature.

Suzanne Aubry

Moi qui croyais (ou espérais) que le mois d’octobre serait un peu plus calme ! Ce fut tout le contraire... D’abord, le 8 octobre dernier, la ministre de Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dévoilé sa nouvelle politique culturelle. Dans une lettre ouverte, j’ai fait part de la déception de l’UNEQ en constatant que la ministre ne s’engageait pas concrètement en faveur des créateurs quant à la notion d’utilisation équitable des œuvres, qui a fait tellement de tort aux ayants droit en permettant l’introduction de nombreuses exceptions. Vous avez sans doute lu l’article du Devoir qui faisait état de pertes se chiffrant à des millions de dollars pour les auteurs.