L’UNIQUE

L’Unique est un outil de liaison de l’UNEQ : nouvelles sur les activités et les dossiers de l’heure à l’Union, sur les enjeux politiques, économiques, juridiques, régionaux, etc., et autres questions d’actualité pour les écrivains.

 

Suzanne Aubry

En avril dernier, tout le milieu des artistes et des créateurs s’est mobilisé autour d’une campagne de sensibilisation assortie d’un manifeste, Une vie sans art, vraiment ?, pour réclamer une loi canadienne sur le droit d’auteur plus équitable. Je suis fière d’annoncer que plus de 40 % des membres de l’UNEQ ont signé ce manifeste. Il n’est d’ailleurs pas trop tard pour y apposer votre signature.

Cet appui important me donne des ailes afin de poursuivre notre action, car rien n’est encore gagné. Le Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie (Comité INDU) a publié récemment un rapport dans le cadre de l’examen de la Loi sur le droit d’auteur. Au lieu de prendre la mesure des dommages causés par l’exception équitable et de proposer des solutions, le Comité INDU jette de l’huile sur le feu. En effet, la recommandation 18, qui invite le gouvernement à déposer un projet de loi pour modifier l’article 29 de la Loi sur le droit d’auteur afin que la liste de fins visées par l’exception relative à l’utilisation équitable en soit une indicative plutôt qu’exhaustive, ouvre la porte à des abus encore plus flagrants.

C’est justement le manque de précision de la Loi, depuis 2012, qui favorise la judiciarisation des rapports entre les utilisateurs des œuvres et les créateurs.

UNEQ

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), qui célèbre son 25e anniversaire cette année, a développé un impressionnant réseau de résidences d'écriture à l'international. Les concours et résidences soutenus par le CALQ ont donné un coup de pouce à la carrière de plusieurs écrivains tout en favorisant les échanges culturels. C'est cette complicité professionnelle qui unit aujourd'hui l'écrivaine québécoise Joanne Rochette et le traducteur colombien Alexánder Martínez.

Suzanne Aubry

Vous avez reçu récemment plusieurs appels à signer un manifeste dans le cadre de la campagne Une vie sans art, vraiment ? mise sur pied par les seize associations professionnelles et les sociétés de gestion collective regroupées sous la coalition DAMIC (Droit d’auteur-Multimédia-Internet-Copyright).

UNEQ

Le 12 juin 2018, le gouvernement libéral dirigé par Philippe Couillard a présenté une nouvelle politique culturelle. Parmi les faits saillants, le gouvernement a prévu une révision des deux lois sur le statut de l’artiste adoptées par l'Assemblée nationale à la fin des années 1980. Pour l'UNEQ et tous les écrivains québécois, les enjeux sont cruciaux. Explications.

Suzanne Aubry

Chaque année, vous recevez un avis de renouvellement de votre cotisation comme membre de l’UNEQ. Et chaque année, vous vous demandez pourquoi vous continueriez à être membre de votre Union. Cette question est légitime. Et je tenterai d’y apporter quelques réponses.

UNEQ

Chaque année, à la mi-février, le Programme du droit de prêt public dédommage les écrivains inscrits pour la perte de revenus attribuable à l’utilisation gratuite de leurs livres dans les bibliothèques publiques. Ce chèque annuel varie de 50 $ à 3 000 $ environ.

Cette année, le Programme indemnise pour la première fois les livres numériques et audio. Une bonne nouvelle à première vue, mais il y a un hic...