Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

La Piazza : suivre le vol des oiseaux

7 Sep. 2017 @ 19 h 00 - 20 h 00

Gratuit

Depuis la nuit des temps, les oiseaux inspirent les écrivains. La littérature regorge de métaphores aviaires (avec des formules poétiques telles que « l’amour est un oiseau rebelle »…) et de symbolisme animalier : le corbeau funèbre, l’aigle impérial, siffler comme un merle, être gai comme un pinson, une mère poule qui bavarde comme une pie, un vaniteux fier comme un paon, le dindon de la farce, etc. Et depuis la nuit des temps, les oiseaux sont observés, classés et domestiqués. Le mouvement des ailes a suscité de nombreuses vocations scientifiques.

Parfois, l’art et la science des oiseaux se rencontrent…

Dans le cadre de la série La Piazza, l’Institut Italien de Culture de Montréal et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) vous invitent à suivre le vol des oiseaux.

Nos invités :

Luisella Carretta, artiste-performeuse multidisciplinaire, présentera le résultat de ses observations du mouvement des oiseaux.

L’écrivain Gérald Baril traitera de la migration des grandes oies blanches en bordure du fleuve Saint-Laurent.
 

Jeudi 7 septembre 2017, 19 h, à la Maison des écrivains (3492, avenue Laval, Montréal).

Vins et bouchées seront servis en fin de soirée. Entrée libre !

R.S.V.P. avant le 5 septembre 2017 auprès de Stéphanie Lemétais : ecrivez@uneq.qc.ca, 514 849-8540 poste 0.

 


 

Photo : Daniel Paulin

L’artiste Luisella Carretta transforme ses itinéraires dans la nature en expériences intérieures et créatrices. Elle possède une longue expérience d’expositions à l’international sur l’art, la nature et les sciences. De 1970 à 1980, elle a mené des recherches et réalisé des dessins sur le mouvement des humains et des animaux. Elle a ensuite consacré plusieurs années à la transcription de vols d’oiseaux et d’abeilles. Ces travaux l’ont amenée à collaborer activement avec la gent scientifique.

Quelques-uns de ses titres : Rapaci in volo (Pirella, 1988), Etogrammi nel cielo (Arti Grafiche Sobrero, 1990) et In volo con le api (Campanotto, 2000).

Le commissaire de la bibliothèque des livres rares de l’Université McGill, Richard Virr, présentera de nombreuses aquarelles de Luisella Carretta. Le vernissage de cette exposition aura lieu le 6 septembre 2017 au McLennan Library Building (3459, rue McTavish, 4e étage, Montréal, H3A 0C9). L’exposition se déroulera jusqu’à la mi-décembre.

Les traces de l’homme
J’ai commencé à enregistrer les parcours des gens, dans leur automobiles et à pied, et puis leurs mouvements à la campagne, où j’ai découvert qu’ils ne savaient plus marcher harmonieusement sur les anciens trajets que les paysans connaissaient depuis toujours ! (…) Après avoir longtemps observé ces mouvements humains, je cherchais à penser : quels animaux pouvaient nous montrer, par un exemple positif et harmonique, le chemin vers une « rééducation » ? Alors j’ai commencé à observer le mouvement des animaux qui pouvaient encore vivre dans un espace libre, par exemple les oiseaux. (…) Étais-je une « artiste » ou plutôt une « savante » ? Il était difficile pour moi, avec mon parcours, de rentrer de façon précise dans une disposition « canonique ».

 


 

Photo : Marie-Cécile Gladel

L’écrivain Gérald Baril, détenteur d’un doctorat en anthropologie culturelle, a été journaliste, rédacteur publicitaire, communicateur scientifique, chercheur et conseiller en santé publique. En 2014, il a publié une traduction de l’essai Against Autonomy (Contre l’autonomie, Presses de l’Université Laval) de la philosophe américaine Sarah Conly. En 2015, il a obtenu la bourse Jean-Pierre-Guay—Caisse de la culture pour un projet d’essai littéraire inspiré par la présence saisonnière des grandes oies migratrices en bordure du fleuve Saint-Laurent. Il collabore régulièrement au magazine littéraire Nuit Blanche.

Décrypter les messages de la nature
Sur la route migratoire des grandes oies, j’ai rencontré des artistes, des ornithologues, des chasseurs et des scientifiques. Parmi eux, le biologiste Louis Lemieux a mené des recherches qui ont permis de confirmer l’unicité de la population d’oies blanches observées depuis des temps immémoriaux, le printemps et l’automne, aux abords de l’estuaire du Saint-Laurent. À l’été de 1957, le biologiste séjournait plusieurs mois dans l’est de l’Arctique canadien, à l’île Bylot, l’un des principaux sites de nidification de la Grande Oie des Neiges. En cherchant à documenter cette expédition, j’ai tenté de saisir le lien profond entre le chercheur et les oies, au-delà de la démarche opératoire imposée par la science et le statut de scientifique. Toujours à la rédaction de mon essai, je continue de réfléchir sur le mystère du dialogue entre nous et le reste du vivant.

Détails

Date :
7 Sep. 2017
Heure :
19 h 00 - 20 h 00
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:

Organisateurs

Union des écrivaines et des écrivains québécois
Institut Italien de Culture de Montréal

Lieu

Maison des écrivains
3492, avenue Laval
Montréal,QuébecH2X 3C8 Canada
+ Google Map