Mandat

Depuis plus de 40 ans, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socio-économiques des écrivains.

Syndicat professionnel fondé le 21 mars 1977 par une cinquantaine d’écrivains réunis autour de Jacques Godbout, l’UNEQ regroupe aujourd’hui plus de 1 600 écrivains : poètes, romanciers, auteurs dramatiques, essayistes, auteurs pour jeunes publics et auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques.

Devenir membre de l’UNEQ, c’est bénéficier de :

Services juridiques

Vous avez besoin de conseils pour négocier votre contrat ou vous éprouvez des difficultés à percevoir vos droits d’auteur ? L’UNEQ offre une consultation juridique d’une heure par année à ses membres. De plus, nos membres ont droit au remboursement des frais d’ouverture d’un dossier pour le dépôt d’une requête liée à la pratique d’écrivain au tribunal des petites créances.

Formations

Notre plateforme de formation à distance L’auteur autonome s’adresse aux écrivains de la relève, aux écrivains professionnels et à toute personne cherchant des informations sur le milieu du livre et le métier d’écrivain. L’UNEQ organise également des formations ponctuelles sur divers sujets : droit d’auteur, bourses de création, etc.

Programmes de rencontres

L’UNEQ coordonne des rencontres avec des écrivains dans les bibliothèques, les écoles primaires, secondaires et les cégeps, ainsi que dans divers organismes de diffusion culturelle.

Outils de promotion

L’UNEQ valorise le travail et l’expertise de ses membres en leur offrant notamment un répertoire de conférenciers et une application mobile pour la publication de textes inédits, Opuscules. Les membres peuvent également organiser gratuitement des lancements et autres activités au siège social de l’UNEQ, la Maison des écrivains (3492, avenue Laval, à Montréal). Sans oublier les activités d’animation littéraire avec nos partenaires : le Festival international de la littérature, les Journées de la culture, Nuit blanche à Montréal, etc.

Un coup de pouce financier

La bourse d’écriture Jean-Pierre Guay — Caisse Desjardins de la Culture, la bourse Charles-Gagnon, des informations sur les prix littéraires, sur diverses bourses et résidences d’écriture, ainsi que le fonds de secours Yves-Thériault.

Une organisation représentative

L’UNEQ a été reconnue en 1990 comme l’association la plus représentative des artistes du domaine de la littérature, en vertu de la Loi sur le statut professionnel des artistes en arts visuels, des métiers d’art et de la littérature et sur leurs contrats avec les diffuseurs (L.R.Q., chapitre S-32.01). Par conséquent, l’UNEQ s’exprime au nom de tous les écrivains québécois.

L’UNEQ a aussi été accréditée en 1996 par le Tribunal canadien des relations professionnelles artistes-producteurs pour négocier, de façon exclusive, avec les producteurs relevant de la compétence fédérale, afin de conclure des accords-cadres qui définissent les conditions d’embauche des travailleurs professionnels autonomes du secteur littéraire.

Conseil d’administration

L’UNEQ est dirigée par un conseil d’administration composé de sept écrivains élus en assemblée annuelle.

Le conseil d’administration est actuellement composé des membres suivants :

Suzanne Aubry
Présidente
Suzanne Aubry
(photo : Julien Faugère)
Mélissa Verreault
Vice-présidente
Charles Prémont
Secrétaire-trésorier
Charles Prémont
(Photo : Lysanne Martin)
Pierre-Luc Landry
Administrateur, représentant des régions
Pierre-Luc Landry
Karine Légeron
Administratrice
Karine Rosso
Administratrice
(Photo : Justine Latour)
Mathieu Boutin
Administrateur
(Photo : Sophie Kandaouroff)

Équipe

L’équipe permanente de l’UNEQ, outil principal de l’association, assure le lien permanent entre les administrateurs élus et chacun des membres. Elle prend en charge l’organisation et l’administration de toutes les activités.

L’équipe diffuse une multitude de renseignements utiles. Les questions de droit d’auteur (informations, contrats, négociations, règlements de litiges) ainsi que l’administration des différents programmes et services relèvent de sa compétence.

On peut également y trouver les réponses aux questions qui concernent les bourses et les subventions, les prix littéraires et les maisons d’édition, l’organisation de divers événements, etc.

Ce travail se déroule à la Maison des écrivains.

(Photos : Audrée Wilhelmy, Hélène Gadé)

Merci à notre partenaire logiciel de gestion des horaires de travail :

Historique

2018

Dans le cadre de la Nuit blanche à Montréal, l’UNEQ inaugure une première, la Ligue d’improvisation littéraire (à partir de courts extraits d’œuvres littéraires choisis par des écrivains, des comédiens et un musicien improvisent sur une scène la suite de l’histoire). Après le spectacle inaugural à la Maison des écrivains, la Ligue d’improvisation littéraire se produit à Rimouski, à la Place des Arts (Montréal) et à la Maison de la littérature (Québec).

Une nouvelle bourse de 15 000 $ créée par le Conseil des arts de Montréal et coordonnée par l’UNEQ, Poésie dans la cité, récompense ses premiers lauréats.

La Chambre des communes entreprend l’examen de la Loi sur le droit d’auteur. À plusieurs reprises pendant l’année 2018, l’UNEQ prend position en faveur des écrivains et des créateurs (dépôt de mémoires, témoignages devant des comités de la Chambre des communes, plusieurs communiqués de presse).

Les Rendez-vous du premier roman organisent une tournée québécoise avec les auteurs du meilleur premier roman québécois et du meilleur premier roman français élus par les clubs de lecture du Québec et en France. Le Québec compte désormais 17 clubs de lecture.

Pour mieux servir ses membres, l’UNEQ restructure le fonctionnement de ses services et de sa présence en région.

L’UNEQ, en collaboration avec d’autres organisations, obtient de Revenu Québec une interprétation favorable de la déduction fiscale pour droit d’auteur, après plusieurs années pendant lesquelles de nombreux auteurs ont été pénalisés.

Copibec et l’Université Laval concluent une entente hors cour en matière de droits d’auteurs, ce qui met fin au litige qui les opposait depuis 2014.

L’UNEQ obtient en Cour municipale de Montréal la validation de son droit à l’exonération des taxes municipales et scolaires pour la maison des écrivains, en vertu de la nature des activités exercées.

L’UNEQ dévoile son Plan stratégique 2018-2022 assorti d’un plan d’action pour 2018-2020.

L’UNEQ accueille favorablement la nouvelle politique culturelle du gouvernement du Québec.

À la Maison des écrivains, lancement officiel de la Fondation Lire pour réussir. Ce nouvel organisme philanthropique a pour mandat de contribuer à améliorer les habitudes de lecture afin d’augmenter le niveau de compétences en littératie de la population. Le partenaire principal de la Fondation Lire pour réussir est l’UNEQ.

Pendant la campagne électorale québécoise, l’UNEQ contribue à l’organisation de la journée Livres Québec 2018, débat électoral rassemblant des candidates des principaux partis.

La zone membres, à partir du site web de l’UNEQ, est entièrement repensée et redéployée sur une nouvelle plateforme.

2017

L’UNEQ met en place un nouveau Comité des régions et renforce sa présence lors d’événements régionaux.

La décision de l’Université Laval de se doter de sa propre politique en matière de droit d’auteur est l’exemple le plus flagrant de l’iniquité provoquée par les modifications à la Loi sur le droit d’auteur en 2012. L’UNEQ soutient le recours collectif déposé par Copibec contre l’Université Laval, en février 2017, sollicitant l’appui de ses membres à des moments stratégiques.

Dépôt d’un mémoire sur le projet de Politique de développement culturel 2017-2022 de la Ville de Montréal.

Au chapitre des relations auteurs-éditeurs, l’UNEQ complète avec l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) un Lexique des termes usuels des contrats d’édition et reddition de comptes.

Un réseau de clubs du premier roman mis sur pied depuis 2013 avec le Festival du premier roman de Chambéry (France) devient Les Rendez-vous du premier roman, qui réalisent la première sélection de titres québécois (publiés entre le 1er novembre 2016 et le 31 juillet 2017).

L’UNEQ participe activement aux consultations publiques sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec.

L’UNEQ organise la première Journée Lire pour réussir, le 8 septembre à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Cette journée de débats et d’ateliers dédiés à la littératie permet de soulever des enjeux essentiels pour l’UNEQ.

Lancement de la nouvelle version d’Opuscules : littérature québécoise mobile. Entièrement gratuite, l’application est dorénavant accessible sur tablette, sur ordinateur personnel et sur téléphone mobile.

2016

L’UNEQ dépose un mémoire dans le cadre des consultations sur le renouvellement de la politique culturelle québécoise organisées par le ministère de la Culture du Québec.

À la demande de ses membres, l’UNEQ mandate une consultante pour réaliser un état de situation de l’autoédition numérique et un inventaire des principales plateformes existantes et accessibles aux auteurs québécois.

La trousse de formation en ligne L’auteur, un agent autonome devient une plateforme interactive, L’auteur autonome, avec des contenus enrichis.

L’UNEQ développe de nouvelles activités de promotion de la littérature, notamment Les romanciers invités (en collaboration avec la Cinémathèque québécoise), un cabaret historico-littéraire en hommage à José Martí (en collaboration avec le festival Latin Arte), la création de la Journée Assia Djebar (avec Racines et confluences, SN Production et Mémoire d’encrier), ainsi que la série La Piazza, en collaboration avec l’Institut italien de culture.

L’UNEQ accueille un nouveau membre d’honneur, Claude Robinson, en reconnaissance de sa lutte de près de 20 ans pour faire reconnaître la propriété intellectuelle de son œuvre.

Le nouveau Comité Égalité hommes-femmes de l’UNEQ a pour mission d’analyser l’impact du fameux « préjugé inconscient » qui freine l’égalité des hommes et des femmes dans un certain nombre de domaines dont la littérature.

Dépôt d’un mémoire lors des consultations sur la réussite éducative menées par le ministère de l’Éducation du Québec.

2015

L’UNEQ, avec le laboratoire NT2 de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), crée l’application mobile Opuscules pour proposer une expérience du texte littéraire sur tablettes et téléphones mobiles.

Un Répertoire d’œuvres du patrimoine littéraire québécois est mis en ligne pour favoriser la présence de la littérature québécoise dans les programmes d’enseignement.

En collaboration avec le service des bibliothèques de la ville de Montréal et le Conseil des arts de Montréal (CAM), l’UNEQ coordonne le programme de résidences d’écriture dans les bibliothèques de Montréal.

2014

Faillite de l’éditeur La courte échelle : l’UNEQ offre un soutien juridique aux auteurs touchés et fait pression auprès des pouvoirs publics pour obtenir que les redevances dues soient intégralement payées.

L’UNEQ dénonce la réduction des budgets alloués aux bibliothèques scolaires. Devant le tollé général, le gouvernement du Québec fait marche arrière.

Développement de la trousse de formation en ligne L’auteur, un agent autonome : mise en ligne de six formations comportant une vidéo, un document écrit et une séance de clavardage.

L’UNEQ participe à l’organisation du colloque Quelle littérature québécoise pour quelle formation ?, à la Maison des écrivains.

Mise en place d’un échange de résidences d’écriture avec Port-au-Prince, fruit d’une collaboration entre l’UNEQ et le centre PEN-Haïti.

Création du Club de lecture de l’UNEQ, l’un des trois clubs québécois affiliés au Festival du premier roman de Chambéry.

2013

La campagne Sauvons les livres, à laquelle l’UNEQ participe activement, conduit le gouvernement québécois à s’engager à réglementer le prix du livre.

Participation à l’organisation des Rencontres québécoises en Haïti et collaboration au Festival Voix au chapitre (France).

Mise en place du Ph@re, plateforme de microsites pour les écrivains.

Lancement de la série d’événements Écrire le monde, mises en lecture d’œuvres d’écrivains québécois en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Création de la bourse d’écriture Jean-Pierre-Guay—Caisse de la Culture.

2012

La Commission du droit de prêt public (CDPP), Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), la Quebec Writer’s Federation et l’UNEQ s’associent pour organiser la fête de clôture des festivités soulignant les 25 ans du Programme du droit de prêt public.

En collaboration avec l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), BAnQ et le Cœur des sciences de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’UNEQ prend part à l’exposition La preuve par l’image.

Organisation d’une soirée en hommage à feu Jean-Pierre-Guay, poète, romancier, diariste et ancien président de l’UNEQ.

Participation au comité sur le prêt numérique en bibliothèque et à la Table de la saison de la lecture à Montréal.

Participation active à la campagne « Nos livres à juste prix » en collaboration avec plusieurs organismes du milieu du livre.

Participation à une formation en trois séances sur la gouvernance des organismes artistiques présentée par le Conseil des arts de Montréal et HEC Montréal.

Création d’un comité des membres associés.

Nouvelle équipe et nouveau rédacteur en chef du journal L’Unique.

Développement d’une zone membres disponible sur le site web de l’UNEQ.

2011

L’UNEQ rédige un mémoire au sujet du projet de loi fédéral C-32 modifiant la Loi sur le droit d’auteur, mémoire que la présidente défend en comité parlementaire.

Projet-pilote de six mois avec une agence littéraire afin de permettre aux écrivains qui le souhaitent de mieux faire valoir leurs droits lors de la signature de leur contrat avec leurs éditeurs.

Publication, à l’initiative de l’UNEQ, du Plaidoyer pour l’enseignement d’une littérature nationale : la littérature québécoise ! aux Éditions Fides.

Vingtième anniversaire du programme de parrainage de l’UNEQ.

Organisation d’une activité de formation et de speed dating pour la relève avec des intervenants du milieu du livre.

2010

Publication d’une Mise en garde concernant les avenants au contrat d’édition — cinq façons de protéger vos droits numériques.

Participation aux travaux des comités ad hoc sur la révision de la Loi sur le statut de l’artiste S-32.01 et sur la mise en place de mesures sociales et fiscales pour les artistes et les créateurs.

Participation active, au sein du regroupement Droit d’auteur – Multimédia – Internet – Copyright (DAMIC), contre le projet de loi fédéral C-32 modifiant la Loi sur le droit d’auteur.

Participation de l’UNEQ à l’organisation d’un Forum sur la création littéraire.

2007

Obtention, du ministère du Revenu, de l’assurance d’une interprétation plus large de la Loi sur le statut de l’artiste S-32.01, permettant ainsi de reconnaître l’exemption fiscale pour droit d’auteur aux écrivains professionnels œuvrant dans un domaine autre que littéraire.

Préparation et tenue d’un Forum sur la littérature nationale, en partenariat avec l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), au cours duquel plusieurs intervenants du milieu du livre prennent des engagements pour assurer une meilleure diffusion de la littérature québécoise.

2006

Élaboration d’un projet de mise en valeur de « la relève littéraire de Montréal » pour souligner le 50e anniversaire du Conseil des arts de Montréal.

Dépôt d’un mémoire, auprès des autorités fédérales, intitulé Plateforme législative concernant la révision de la Loi sur le droit d’auteur.

Réalisation d’une enquête intitulée Intégration des écrivains membres de l’UNEQ dans le domaine des magazines, avec la collaboration de deux sociologues de l’Institut national de la recherche scientifique – Urbanisation Culture Société, enquête soutenue financièrement par le Fonds du Canada pour les magazines.

2005

Présentation du site Lisez, Montréal inspire ! produit en collaboration avec The Quebec Writers’ Federation (QWF), dans le cadre de Montréal, capitale mondiale du livre (MCML).

2004

Combat contre l’abolition de la Chaîne culturelle de la radio de la Société Radio-Canada (SRC) et son remplacement par une chaîne « Espace Musique ».

Manifestation des écrivains, le 30 novembre 2003, devant l’édifice de la SRC à Montréal pour exprimer leur colère et leur indignation face à l’absence d’une information littéraire adéquate sur les ondes publiques.

Remise des Prix Alpha et Bêta pour souligner l’excellence ou la médiocrité des médias dans leur couverture de la littérature québécoise.

2003

Représentations pour la modification de la Loi québécoise sur le statut de l’artiste, et pour la reconnaissance fiscale du Droit de prêt public auprès du gouvernement québécois.

Présentation d’un mémoire commun, avec le Conseil des métiers d’art du Québec, à la Cour suprême du Canada dans l’affaire Éditions Chouette c. Desputeaux.

Développement et mise en place, en partenariat avec d’autres associations, de Lire et faire lire, nouveau programme destiné aux enfants de quatre à huit ans ayant pour but d’encourager, de développer le goût de la lecture et de favoriser le développement de liens inter-générationnels.

2002

Création d’un service de consultation fiscale pour l’ensemble des écrivains, membres et non-membres de l’UNEQ.

Participation à une enquête de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec pour de déterminer les caractéristiques des écrivains, leurs conditions de pratique et leur positionnement par rapport aux enjeux que sont l’usage des nouvelles technologies et l’internationalisation des contenus culturels.

2001

Publication d’une Mise en garde contre le contrat d’édition proposé par l’Association nationale des éditeurs de livres.

Mise sur pied d’une Commission itinérante pour consulter les membres de l’UNEQ en vue du Congrès d’orientation des 7 et 8 décembre (dix rencontres dans tout le Québec).

2000

Nouvelles ententes d’échanges de résidences d’écrivains avec Mexico, Lyon et Amsterdam.

Collaboration à la Fondation québécoise pour l’alphabétisation et au programme La lecture en cadeau.

Présentation de la première édition de Livres comme l’air, en partenariat avec Amnistie internationale et le Centre québécois du PEN international.

Mise sur pied et participation active au Mouvement pour les arts et les lettres (MAL).

1999

Présentation par l’UNEQ d’une tournée de huit poètes québécois, dans huit villes de France, avec le spectacle Un bleu d’Amérique.

1998

Inauguration de L’ÎLE, centre de documentation en ligne sur la littérature québécoise, en collaboration avec le CRILCQ (Université de Montréal et Université Laval) et l’Association internationale des études québécoises.

Inauguration du Salon Émile-Nelligan à la Maison des écrivains.

Publication de la première édition du Guide de l’impôt pour l’écrivain et l’artiste.

1997

Création de la Société québécoise de gestion collective des droits de reproduction (Copibec), de concert avec l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL).

1996

Participation de l’UNEQ au congrès des Villes refuges, à Strasbourg, afin de promouvoir la candidature des villes de Montréal et de Québec au sein de ce réseau international.

Création et mise en place du Fonds d’investissement de la Culture et des Communications (FICC), avec l’Union des artistes et la Guilde des musiciens.

Publication du nouveau contrat-type révisé.

Règlement à l’amiable, au nom de 70 écrivains, entre l’UNEQ et Sogides relativement au pilonnage de plusieurs milliers de livres.

1995

Conception et réalisation de la Rencontre culturelle Québec — Algérie, du 24 mai au 2 juin, avec le Comité Québec — Algérie et les Artistes pour la paix.

Adhésion et transfert des fonds de l’UNEQ à la Caisse d’économie Desjardins de la culture.

1994

Création d’un Comité permanent des régions (aujourd’hui le Comité des régions).

Création du Festival de la littérature (aujourd’hui le Festival international de la littérature – FIL), géré et administré par l’UNEQ pendant dix ans.

1993

Début des négociations avec l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) pour la formation d’une société de gestion collective des droits de reprographie.

1992

Le 23 octobre, ouverture officielle de la Maison des écrivains au 3492, avenue Laval, à Montréal.

1991

Nouvelles négociations avec l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) pour conclure une entente-cadre fixant les conditions minimales d’un contrat d’édition.

1990

Reconnaissance de l’UNEQ comme l’association la plus représentative des artistes du domaine de la littérature, en vertu de la Loi sur le statut professionnel des artistes en arts visuels, des métiers d’art et de la littérature et sur leurs contrats avec les diffuseurs (L.R.Q., chapitre S-32.01).

Acquisition d’une maison de 4 800 pieds carrés, au 3492 avenue Laval à Montréal, ayant appartenu au cinéaste Claude Jutra.

1989

Dépôt d’un mémoire à la Commission permanente de la culture qui étudie le projet de Loi 78 sur le statut de l’artiste et de l’écrivain.

Dépôt d’un mémoire à la Commission du développement culturel de la Ville de Montréal sur la situation de la littérature dans les bibliothèques.

1988

Lancement d’une campagne de financement pour soutenir le projet de Maison des écrivains.

Modifications proposées au projet de loi 78 pour y inclure une définition plus large de l’écrivain.

1987

Premier paiement aux auteurs de la Commission du Droit de prêt public.

1986

Représentations à Ottawa pour que des compensations soient payées aux écrivains pour le prêt de leurs livres par les bibliothèques publiques.

Intervention à la Commission parlementaire sur le statut socioéconomique des créateurs.

1985

Naissance du Journal de l’UNEQ, l’ancêtre de L’Unique, qui paraît quatre fois l’an.

1984

Signature de la première convention concernant la reprographie dans les établissements d’enseignement d’ordre collégial.

Mise sur pied d’un service de première consultation juridique.

1983

Publication du Dictionnaire des écrivains québécois contemporains aux Éditions Québec Amérique.

Création du Fonds de secours Yves-Thériault.

Négociations avec le gouvernement québécois pour que le paiement prévu de redevances aux écrivains pour la photocopie de leurs œuvres au collégial s’étende aux autres ordres d’enseignement.

1982

Fondation, à Québec, de la Fédération internationale des écrivains de langue française (FIDELF).

Développement de réseaux de tournées en Nouvelle-Angleterre et dans le Mid-West américain.

Inauguration d’un programme d’échanges de résidences d’écrivains avec l’Union des écrivains de France (aujourd’hui la Société des gens de lettres).

1981

Organisation d’un colloque conjoint avec The Writers’ Union of Canada et l’Association des traducteurs littéraires.

Organisation de tournées d’écrivains dans les écoles primaires et secondaires en collaboration avec Communication-jeunesse.

1980

Première manifestation publique des écrivains pour revendiquer un contrat-type à l’occasion d’une assemblée générale de l’Association des éditeurs.

Création d’un service-conseil pour aider les écrivains à mieux négocier leurs contrats d’édition.

1979

Publication du Petit Dictionnaire des écrivains.

Début des négociations avec le ministère de l’Éducation sur le protocole de compensations pour l’utilisation des œuvres littéraires québécoises dans les publications et les examens du Ministère.

1977

Fondation de l’Union des écrivains québécois par une cinquantaine d’écrivains réunis autour de Jacques Godbout, le 21 mars 1977.


Pour en savoir plus, consultez notre article « Aux origines de l’UNEQ ».

Anciennes présidentes et anciens présidents

décembre 2016 – avril 2017


décembre 2010 – décembre 2016

novembre 2004 – décembre 2010

Bruno Roy

décembre 2000 – novembre 2004

novembre 1998 – décembre 2000

novembre 1996 – novembre 1998

novembre 1987 – novembre 1996

novembre 1986 – novembre 1987

novembre 1984 – novembre 1986

octobre 1982 – novembre 1984

Denis Monière

octobre 1980 – octobre 1982

mars 1979 – octobre 1980

Jacques Godbout

mars 1977 – mars 1979

Membres d’honneur

Statuts et règlements

Téléchargez nos Statuts et règlements (format PDF)

Rapports d’activités

Téléchargez les rapports d’activités (format PDF) :

Comité des régions

Le Comité des régions de l’UNEQ veille à défendre particulièrement les droits socioéconomiques des écrivaines et des écrivains habitant et œuvrant sur le territoire québécois, assure un contact entre les écrivaines et les écrivains en région et l’UNEQ, encourage les échanges et les liens tout en valorisant la littérature créée par les écrivaines et les écrivains québécois en région.

Pour consulter la liste des membres du Comité des régions, cliquez ici.

Comité Égalité hommes-femmes

Le Comité Égalité hommes-femmes de l’UNEQ, créé en septembre 2016, a pour mission d’analyser l’impact du fameux « préjugé inconscient » qui freine l’égalité des hommes et des femmes dans un certain nombre de domaines dont la littérature.

Composition du comité : Mélikah Abdelmoumen, Isabelle Boisclair, Louise Dupré, Pierre-Luc Landry, Jonathan Lamy, Maude Nepveu-Villeneuve, Karine Rosso, Rodney Saint-Eloi et Danièle Simpson.

Mélikah Abdelmoumen
Isabelle Boisclair
Louise Dupré
Pierre-Luc Landry
Jonathan Lamy
Maude Nepveu-Villeneuve
Karine Rosso
Rodney Saint-Eloi

Lire le Mot de la présidente de juin 2016 annonçant la création du comité Égalité hommes-femmes.

Modération des commentaires

Il est important pour nous de connaitre votre avis, c’est pourquoi il est possible de commenter de nombreuses pages de notre site web. Le site est géré par un modérateur qui approuve (ou non) les commentaires laissés. Ces derniers doivent être rédigés dans le respect des opinions et des individus. Tous propos jugés diffamatoires, injurieux, offensants ou inappropriés ne seront pas approuvés par le modérateur.