Foire aux questions

Pour protéger vos droits d’auteur, vous pouvez faire enregistrer le titre de votre œuvre auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada. Ne leur faites parvenir aucun manuscrit.

Nous recommandons également l’envoi postal enregistré : postez une copie du manuscrit à votre nom et votre adresse personnelle, par courrier recommandé (avec la poste canadienne seulement). Conservez le reçu que l’on vous remettra au bureau de poste. Lorsque vous recevrez le paquet, vous ne l’ouvrez surtout pas ! Rangez-le en lieu sûr.

Vous pouvez également déposer votre manuscrit à la SARTEC (Société des auteurs de radio, télévision et cinéma), qui offre un service de dépôt de manuscrits.

Il suffit de faire parvenir votre manuscrit, par la poste, chez les éditeurs qui vous intéressent. Vous pouvez envoyer votre manuscrit chez plusieurs éditeurs à la fois, mais prenez soin d’effectuer un suivi précis de vos envois : où et quand le manuscrit a-t-il été envoyé, avez-vous reçu un accusé de réception ?

Lorsque votre manuscrit est accepté, vous êtes à l’étape des négociations sur la signature d’un contrat d’édition. À ce point, nous vous suggérons de vous procurer le volet contractuel de notre trousse d’outils L’auteur autonome, qui vous aidera à démarrer les négociations du bon pied.

Il existe de nombreuses maisons d’édition au Québec. Pour mieux diriger vos recherches, vous pouvez visiter les librairies et consulter les catalogues des éditeurs. Vous pouvez également consulter le répertoire des membres de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL).

L’UNEQ met aussi à votre disposition quelques listes d’éditeurs constituées selon les genres littéraires (pour accéder à ces listes, cliquez sur le genre qui vous intéresse). L’UNEQ n’endosse ni ne cautionne ces maisons d’édition, mentionnées à titre informatif.

Par ailleurs, certains auteurs décident de s’autoéditer ou d’opter pour une maison d’édition offrant un service de publication à compte d’auteur. Malgré les délais d’attente moins longs et la liberté artistique que permet une telle démarche, l’entreprise demeure complexe et les frais que doit assumer l’auteur ne sont pas toujours comblés par les ventes. La promotion, la diffusion et la distribution des livres ainsi publiés sont, dans la plupart des cas, difficiles et ardues.

En première page, inscrivez votre nom, le titre de votre œuvre ainsi que le genre littéraire (roman, essai, poésie, théâtre, etc.) auquel appartient le texte. Inscrivez-y aussi vos coordonnées postales, téléphoniques et électroniques, pour accélérer la communication.

Vous pouvez également joindre à votre manuscrit une courte lettre de présentation et un curriculum vitæ.

Votre texte doit être dactylographié, à double interligne, au recto de feuilles détachées de même format, soit 21,5 x 28 cm (8 1/2 x 11 po), à raison de 60 frappes par lignes et de 25 lignes par page, en laissant des marges assez généreuses de chaque côté du texte pour assurer une meilleure lisibilité et faciliter les corrections, les annotations, etc.

S’il s’agit de poèmes, n’en dactylographiez qu’un seul par page même s’il ne la remplit pas.

Le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec n’accordent aucune subvention pour une première publication.

Il existe toutefois des concours et des prix littéraires qui offrent des bourses parfois très intéressantes aux débutants.

Les périodiques culturels et littéraires québécois jouent également un rôle important : les écrivains y construisent leur style littéraire, bénéficient de l’expertise de comités de lecture, élargissent leur lectorat, obtiennent de la visibilité, et peuvent ensuite se qualifier pour des concours, des bourses, etc. (Cliquez ici pour accéder à notre liste de périodiques.)

Si l’auteur est membre de l’UNEQ et si ses coordonnées ne sont pas confidentielles, c’est avec plaisir que nous vous fournirons son adresse postale et électronique ainsi que ses numéros de téléphone et de télécopieur. (Pour nous joindre, cliquez ici.)

Si l’auteur n’est pas membre de l’UNEQ, vous pouvez obtenir ses coordonnées auprès de l’éditeur de sa dernière publication.

Le programme de parrainage de l’UNEQ permet à des apprentis écrivains d’être jumelés à des écrivains professionnels qui les aident à mener à bien un projet d’écriture.

Le parrainage s’échelonne sur une période de quatre mois et les catégories suivantes sont admissibles : bande dessinée ou roman graphique, biographie, roman, nouvelle, poésie, théâtre, littérature jeunesse et essai. (Pour plus de détails, cliquez ici.)

Toutefois, la période d’inscription n’a lieu qu’une fois par an et, sur la centaine de demandes reçues, seulement dix candidats sont choisis.

D’autres services peuvent vous aider à parfaire votre manuscrit : ateliers d’écriture, réviseurs, correcteurs, etc. Bien que l’UNEQ n’offre pas ces services, le Secrétariat peut vous transmettre les noms et les coordonnées de membres qui les offrent. Contactez-nous au 514 849-8540 (numéro sans frais : 1 888 849-8540) ou à l’adresse ecrivez@uneq.qc.ca.

L’UNEQ ne possède aucune banque d’écrivains publics. Certains auteurs, membres ou non de l’UNEQ, ont toutefois laissé leurs coordonnées au Secrétariat pour offrir ce genre de service.

Contactez-nous pour obtenir ces références en téléphonant au secrétariat de l’UNEQ (514 849-8540 ou 1 888 849-8540) ou par courrier électronique à l’adresse ecrivez@uneq.qc.ca.

Sauf quelques exceptions, aucune personne ne peut utiliser une œuvre sans le consentement du titulaire des droits d’auteurs.

Qu’il s’agisse d’une simple reproduction, d’une citation ou d’une lecture, et quelle que soit la longueur de l’extrait choisi, tout utilisateur doit avoir une autorisation.

Pour l’obtenir, il suffit de joindre l’auteur, les ayants-droits ou la maison d’édition et de négocier les conditions de cette utilisation.

Le Secrétariat de l’UNEQ met à votre disposition des modèles de licences d’utilisation que vous pouvez vous procurer, en téléphonant (514 849-8540 ou 1 888 849-8540) par courrier électronique à l’adresse ecrivez@uneq.qc.ca.

Lors d’une publication chez un éditeur reconnu, la part de vente est répartie entre les quatre intervenants de la chaîne du livre :

  • auteur : 10 % (pour un livre vendu 10 $ en librairie, l’auteur reçoit donc 1 $ pour chaque exemplaire vendu) ;
  • éditeur : 30 % ;
  • distributeur : 20 % ;
  • libraire : 40 %.

Il ne s’agit toutefois pas d’une norme établie et il est toujours possible de négocier le pourcentage de votre taux de redevances. L’UNEQ recommande d’ailleurs un taux en fonction du nombre d’exemplaires (par exemple : 10 % jusqu’au 5 000e exemplaire vendu, 12 % à compter du 5 001e et 15 % à compter du 10 001e).

Nous recommandons également de demander un à-valoir, soit une « avance » payable à la signature du contrat et non remboursable.

Selon une périodicité convenue dans le contrat (d’au plus un an), votre éditeur vous envoie un relevé de ventes et le paiement de vos redevances.

L’édition de votre ouvrage chez un éditeur reconnu ne devrait rien vous coûter, car l’éditeur doit assumer tous les frais liés à l’édition et à la publication.

Certaines maisons d’édition se spécialisent dans la publication à compte d’auteur, c’est-à-dire que l’auteur doit assumer une part des frais encourus. Bien que cette pratique ne soit pas mauvaise en soi, elle doit résulter d’un choix éclairé.

Le contrat de publication à compte d’auteur — différent d’un contrat à compte d’éditeur — doit tenir compte de votre contribution. Par exemple, le taux de redevances doit être plus élevé (beaucoup plus que 10 %, en fonction du montant qui vous est demandé), et la licence consentie à l’éditeur devrait pouvoir être résiliée en tout temps.

Notez également que la promotion et la distribution d’une œuvre publiée à compte d’auteur ou autoéditée demeurent particulièrement difficiles. Il est donc recommandé de peser le pour et le contre avant de se lancer sur cette voie.