Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Nuit bohème 2013

4 Oct. 2013 @ 19 h 00 - 21 h 00

Gratuit
Pour la cinquième année consécutive, le Festival LatinArte présente sa Nuit bohème, une occasion exceptionnelle de célébrer et de faire rayonner les éléments les plus prometteurs de la littérature latino-américaine à Montréal. L’Union des écrivaines et des écrivains québécois s’associe pour la première fois à cette soirée-hommage consacrée à l’univers poétique latino-américain. L’UNEQ se joint à l’organisation de cet événement avec beaucoup de fierté y voyant une occasion inespérée d’enrichir le dialogue entre les cultures, de favoriser les rapprochements entre les communautés et de contribuer à mieux faire connaître l’apport des auteurs d’origine latino-américaine au patrimoine littéraire québécois.

 

Nuit bohème d’art, poésie et littérature en espagnol et en français

Vendredi 4 octobre 2013
19 h à 21 h

Union des écrivaines et des écrivains québécois
Maison des écrivains
3492, avenue Laval
Montréal (QC)H2X 3C8
Métro Sherbrooke

Au programme de cette soirée littéraire, il y a le lancement du dixième numéro de la revue Helios. LatinArte a d’ailleurs invité conjointement avec le rédacteur en chef de Helios, Omar Alexis Ramos, plusieurs des auteurs et collaborateurs de la revue qui consacrent leur talent à la création littéraire et à l’enrichissement du patrimoine culturel de l’Amérique latine.

L’UNEQ a de son côté demandé à trois de ses membres et poètes québécois de renom, qui ont vu certains de leurs recueils traduits en espagnol, et qui ont une sensibilité particulière à la culture latino-américaine, de livrer quelques pièces de leur répertoire. Enfin, le poète de la Cité, Martin Thibault déclamera un poème inédit puisqu’il aura été composé tout spécialement pour l’occasion.

La soirée se terminera par un micro ouvert à tous !
À l’entrée, les responsables inscriront les noms de ceux et celles qui souhaitent participer au micro ouvert. Premiers arrivés, premiers inscrits et premiers à intervenir pour trois minutes.

La soirée se terminera à 21 h.

Vin
Bouchées offertes par le traiteur Le coin des saveurs

Écrivains natifs de l’Amérique latine

Ángel Mota


Ángel Mota détient un doctorat en littérature comparée de l’Université de Montréal, son alma mater,où il a travaillé comme chercheur et professeur. Aujourd’hui, en plus d’écrire de la poésie, il se consacre au journalisme. Il a fait partie de la sélectionParoles de Troc, éditées par Pagés et Adage. Ses poèmes ont servi à construire le scénario du court-métrage, Tú habrás sido mi cuerpo. Son premier recueil d’histoires courtes La casa de Nadie a été publié par Editorial Lugar Común en 2010.

Photo: collection privée


Maria José Visconti


Maria José Visconti est née en Argentine dans la province de Buenos Aires. Elle a commencé à écrire des poèmes dès l’âge de dix ans. C’est sa mère Amanda qui a fait naître en elle le goût de la lecture et de l’écriture. Elle a participé à la Société argentine des auteurs, ce qui l’a aidée à développer son identité en tant qu’écrivaine hispanophone. Les expériences qu’elle a vécues ont aussi façonné son style littéraire et stimulé sa créativité.
Photo: collection privée


Écrivain mexicain

Víctor Santos Pérez Aguilar


Víctor Santos vit à Queretaro, au Mexique. Il a fait des études en sciences de la communication. À partir de 1989, il exerce le métier de journaliste. Il a collaboré à plusieurs événements poétiques et a collaboré à diverses publications et programmes spécialisés. Il est l’auteur de trois recueils de poésie. En 2010,il participait à l’édition du festival Le Printemps des poètes. Il collabore à la revue Helios de Montréal depuis sa création.

Photo: collection privée


Le poète de la Cité, Martin Thibault


Né à Pohénégamook, en 1957, le poète de la Cité, Martin Thibault a publié des poèmes et des nouvelles dans des revues québécoises et françaises, sept recueils de poésie, deux romans, un recueil de nouvelles et un essai sur la poésie en compagnie du philosophe Pierre Bertrand.Il est aussi l’auteur d’un récit et de quatre pièces de théâtre, dont Il poussera des ailes aux perchaudes, qui a été montée en 1997, puis lue à la radio de Radio-Canada en 2000, et L’homme qui voulait rêver, qui a été lue à la 14e Semaine de la dramaturgie du CEAD, au Théâtre d’Aujourd¹hui; ces pièces ont été déposées au Centre des auteurs dramatiques (CEAD), de même qu’à l’École nationale de théâtre, où on peut les consulter. Ses deux premiers recueils, Haut-Fond et Dans l’eau de l’autre, ont été finalistes au Prix des TerrassesSaint-Sulpice de la revue Estuaire.Son troisième, Les yeux sur moi, a remporté le Prix Jovette-Bernier 1999.

Photo: ©Alain Cuerrier

Écrivains québécois traduits en espagnol


Marc André Brouillette


Né en juillet 1969, le poète Marc André Brouillette détient un doctorat en études françaises de l’Université de Montréal et de l’Université de Paris III. Aujourd’hui, il enseigne la littérature.
Ses textes ont été publiés dans des ouvrages collectifs, des anthologies et des manuels scolaires ainsi que dans plusieurs revues québécoises et françaises. En 1995, Marc André Brouillette a reçu le Prix Desjardins, catégorie poésie, ainsi qu’une mention au Prix de la Société des écrivains canadiens pour son recueil Carnets de Brigance. En 2005, le jury de l’Association Les Amis de Louis Guillaume, poète français du XXe siècle, lui a décerné le 31ème Prix Louis Guillaume, pour son recueil de poèmes en prose M’accompagne.
Photo: © John Londono


Stéphane Despatie


Le poète Stéphane Despatie est né en 1968. Il a été éditeur de la revue Entracte (1993-1995), libraire et chroniqueur littéraire à la radio de Radio-Canada (1997-1999). Il a participé à de nombreuses lectures publiques, notamment lors du Festival de la littérature, du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, du Printemps des poètes à Paris, du Festival international de la poésie de Moscou et du Winnipeg International Writers Festival. Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs et anthologies. Critique littéraire, il a collaboré au quotidien La Presse, au journal Le Libraire et à la revue Spirale.
Son recueil Engoulevents a été finaliste au Prix des Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire.

Photo: ©Corinne Chevarier

Diane Régimbald


Née à Ottawa en 1956, Diane Régimbald a fait des études universitaires en études françaises à l’Université de Montréal. Elle est l’auteure de cinq recueils de poésie. Elle a participé à l’anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines, pas d’ici, pas d’ailleurs en 2012. Elle a collaboré à diverses revues dont Estuaire, Moebius, Exit, Bacchanales, L’Arbre à paroles, SerieAlfa et a participé à plusieurs événements et lectures publiques au Québec, au Mexique et en Europe. Elle a, entre autres, participé à la Première rencontre catalano-québécoise de poésie à Barcelone, en 2006, à la Encuentro de poesia del mundo latino au Mexique, en 2009.
Photo: ©Dominique Malaterre

Source : L’infocentre littéraire des écrivains québécois (L’Île)

Musiciens

Léon Jorge Medina


Léon Jorge Medina habite à Montréal depuis 9 ans. Il étudie en arts plastiques à l’Université Concordia. Après un long séjour au Mexique, à la recherche de ses racines, il trouve dans le cœur du Golfe du Mexique une musique à laquelle il s’identifie instantanément, le Son Jarocho. Il décide de s’installer pour apprendre à jouer et ainsi fait son apprentissage avec plusieurs maîtres. En 2009, à Montréal, il décide de fonder le groupe Malhaya et se donne la mission de répandre cette musique ainsi que sa culture.


Photo: ©collection privée

Eloïsa Resendiz


Eloïsa Resendiz est artiste visuel, restauratrice et musicienne. Elle joue de la musique traditionnelle depuis 1997. Elle a joué au Mexique, en Espagne et en France avec les groupes Chejere (son jarocho) et Sonapitaya (son du Sud de Jalisco et Tierra Caliente) Sonido Psicotropical (cumbia). Aujourd’hui, elle s’est jointe au groupe Los Viejha, récipiendaire du prix Artes por todas partes dans la catégorie musique et du prix PACMyC, en 2008. Elle joue de la jarana.

Photo: ©collection privée

Victor Zamudio


C’est à l’âge de 11 ans alors qu’il vit près dans du port de Veracruz que Victor Zamudio découvre son intérêt pour le Son Jarocho. Il entreprend ses études en jarana à l’Instituto Veracruzano de Cultura. En 1997, il déménage dans la ville de Xalapa pour étudier la musique et poursuit son apprentissage du Son Jarocho en suivant les ateliers du Patio Muñoz. Outre la musique, il a participé à plusieurs publications en lien avec la Décima Espinela (poésie traditionnelle).


Photo: ©collection privée

LatinArte
Créée en 2009, LatinArte est la grande vitrine pour les œuvres d’artistes d’origine latino-américaine vivant à Montréal. LatinArte s’est donné pour mission d’offrir une tribune aux créateurs montréalais d’origine latino-américaine et de mettre en valeur la grande richesse créatrice des artistes en provenance du continent sud-américain en multipliant les rencontres et les contacts. C’est dans ce cadre que sont organisées les soirées de LatinArte dont le but est de faire découvrir au grand public des écrivains, des poètes, des cinéastes, des artistes peintres et des musiciens jusqu’alors peu connus de la société québécoise.


La revue Helios

La revue Helios est une publication multidisciplinaire fondée à Montréal en 1996 par Omar Alexis Ramos.

Fils de Titan, Helios, le soleil, est un jeune Être à la chevelure d’or qui chevauche le ciel sur son chariot enflammé, précédé, chaque matin, de sa sœur Eos et suivi de Séléné, la lune, sa seconde sœur. Il est l’œil de l’univers, celui qui guérit de la cécité. Helios illumine le labyrinthe de nos jours, il est l’artère ancestrale par laquelle le ciel parle. Il abat les chimères dans le tissu éthérique. Il engendre le crépuscule et les images présentées en succession jusqu’au néant.

Détails

Date:
4 Oct. 2013
Heure :
19 h 00 - 21 h 00
Prix :
Gratuit
Catégories d’évènement:
,

Organisateurs

Union des écrivaines et des écrivains québécois
LatinArte

Lieu

Maison des écrivains
3492, avenue Laval
Montréal, Québec H2X 3C8 Canada
+ Google Map