Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Livres comme l’air au festival Québec en toutes lettres

27 Oct. @ 16 h 00 - 17 h 00

Dans le cadre de la 20e édition de Livres comme l’air, l’événement se déroulera aussi pour la deuxième fois au festival littéraire Québec en toutes lettres (17 au 27 octobre 2019). On y rendra hommage aux écrivains et aux écrivaines injustement emprisonnés ou harcelés à travers le monde.

Pour les trois organismes qui pilotent ce projet depuis l’an 2000, Amnistie internationale Canada francophone, le Centre québécois du P.E.N. international et l’UNEQ, « la liberté d’expression est un combat de tous les instants ».

À l’occasion d’une séance de lectures forte en émotions, à la Maison de la littérature (scène littéraire), le dimanche 27 octobre 2019 à 16 h, venez rencontrer et écouter les cinq écrivains québécois de renom vous partager les raisons de leur soutien à cinq écrivains étrangers injustement emprisonnés ou persécutés pour leurs écrits. Animation : Alain Beaulieu, professeur au département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval.

Maude Deschênes Pradet est jumelée avec Afgan Mukhtarli (Azerbaïdjan)
Jean Désy avec Amanuel Asrat (Érythrée)
Isabelle Hubert avec Oleg Sentsov (Russie)
Sylvie Nicolas avec Nazli Llicak (Turquie)
et Mathieu Simoneau avec Galal El-Behairy (Égypte)

Avec la récente libération du journaliste azéri Mehman Huseynov, Livres comme l’air a contribué jusqu’ici à la libération de 115 écrivains injustement condamnés à travers le monde.


Allocution de l’animateur Charles Perroud (Amnistie internationale Canada francophone) lors de la cérémonie de lectures de dédicaces de Livres comme l’air au Salon du livre de l’Estrie édition 2019

Jour après jour, dans mon travail d’animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire dans les écoles primaires de la Mauricie, je m’évertue à faire comprendre aux jeunes de six à 12 ans que, pour reprendre la citation du regretté musicien Frank Zappa, « L’esprit c’est comme un parachute : s’il reste fermé on s’écrase. » À partir de cette citation, à travers maints exemples concrets, je leur fais comprendre la nécessité de développer leur esprit critique et l’ouverture d’esprit ; que c’est seulement une fois cela accompli qu’ils accepteront leurs différences et sauront dialoguer entre eux. Que c’est seulement une fois cela assimilé qu’ils pourront réellement apprendre. Avec une soif de savoir !

Mais à travers le monde, les exemples pleuvent à chaque jour que tant des dirigeants que de simples citoyens n’ont toujours pas compris ce message, et, soyons lucides, certains n’ont aucune volonté de le comprendre…

Des chiffres à l’appui depuis trois semaines ?

Six… C’est le nombre d’années de prison que risque Robertus Robet, s’il est déclaré coupable d’avoir insulté une institution publique le 7 mars dernier en Indonésie. C’est un universitaire et la seule chose dont il est coupable, c’est d’avoir exprimé ses opinions dans une chanson parodique sur la proposition visant à nommer de hauts gradés de l’armée à des postes de pouvoir au sein du gouvernement. Six ans, tout cela pour une chanson… Il a depuis fui en Australie. #FreeRobertus

38 et 148… Ce sont les années de prison et le nombre de coups de fouet auxquels fait face Nasrin Sotoudeh en Iran… Au début mars, les autorités iraniennes ont commis une injustice sans nom en condamnant Nasrin Sotoudeh, éminente avocate iranienne spécialisée dans la défense des droits humains et des droits des femmes, et ici jumelée à Valérie Fontaine. Nasrin, 56 ans, a consacré sa vie à défendre les droits des femmes et à dénoncer la peine de mort. Il est révoltant que les autorités iraniennes la punissent pour son travail pacifique en faveur des droits humains. Comme elle le dit si bien : « Ils font du monde entier une prison pour vous. Vous quittez une prison seulement pour entrer dans une plus grande. » Nasrin Sotoudeh à propos des prisonniers politiques en Iran…

Et pour citer l’auteur Samuel Larochelle en octobre dernier, qui offrait sa dédicace à Nasrin : « Qui suis-je, moi, un jeune homme nord-américain blanc né avec un statut de privilégié, pour exprimer le moindre point de vue sur votre situation ? La moindre des choses est de débuter en vous remerciant de montrer l’exemple, d’éveiller les consciences, d’offrir de la perspective et de vous battre pour vos convictions. Je veux également souligner que vous inspirez des femmes et des hommes à se faire entendre à leur tour. » #FreeNasrin

50… Évidemment, le nombre morts à Christchurch en Nouvelle-Zélande le 15 mars dernier… Ville pourtant si paisible, peuple pourtant si ouvert et chaleureux — j’ai vécu là-bas quelques années, il y a plusieurs lunes de cela. Malheureusement, les politiques de diabolisation dans le monde entier ont coûté la vie à ces 50 personnes de trois à 77 ans. Ça ne prend parfois qu’un seul individu dont le parachute reste fermé et tout s’écrase…

Trois… Pour moi personnellement, le nombre d’années écoulées depuis qu’Étienne, le plus beau sourire du monde comme si disait si bien son grand frère Gabriel dont je suis si fier, s’est éteint le 21 mars 2016, au lendemain de la première édition de Livres comme l’air à Trois-Rivières, mettant fin à sept long mois de souffrances innommables. Mais pour moi, tel le proverbe chinois « Mieux vaut allumer une chandelle que de maudire l’obscurité » qui sert de leitmotiv à Amnistie internationale depuis des décennies, la vie m’a amené à la célébrer jour après jour chaque parcelle du quotidien, afin d’apprécier toute la chance que j’ai eue d’avoir Étienne à mes côtés ces trois années, plutôt que de la laisser assombrir mon quotidien. Merci la vie !

Enfin, 115… C’est le nombre de fois que nous avons pu nous exclamer « LIBRE ! », incluant les plus récentes, soit lors de la libération de la journaliste turque Zehra Dogan en février et du journaliste azéri Mehman Huseynov le 2 mars dernier.

Depuis plus de 19 ans déjà, Amnistie internationale Canada francophone, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (l’UNEQ) et le Centre québécois du P.E.N. international unissent leurs forces pour clamer haut et fort ce droit de s’exprimer librement. Aujourd’hui, ce sont plus de 230 livres dédicacés qui ont été acheminés aux quatre coins du globe. Cette solidarité humaine ne cessera que le jour, qu’ils et elles, seront tous et toutes, « LIBRES ! ».

Détails

Date :
27 Oct.
Heure :
16 h 00 - 17 h 00
Catégories d’Évènement:
,

Organisateurs

Union des écrivaines et des écrivains québécois
Amnistie internationale Canada francophone
Centre québécois du P.E.N. international

Lieu

Maison de la littérature
40, rue Saint-Stanislas
Québec, Québec Canada
+ Google Map