Publications

 

Suzanne Aubry

Après de longues années d’une lutte acharnée afin que les lois sur le statut de l’artiste soient révisées, l’UNEQ, avec l’appui des autres associations d’artistes, a enfin obtenu gain de cause. Un projet de loi a été déposé à l’Assemblée nationale par la ministre de la Culture et des Communications le 27 avril 2022.

C’est une page historique qui s’écrit, car en vertu du projet de loi 35, les écrivaines et les écrivains sont désormais reconnus comme des artistes à part entière, avec les mêmes droits que les autres artistes. L’UNEQ reçoit une entière reconnaissance en tant que syndicat et aura plein pouvoir de négocier des ententes collectives avec ses partenaires (éditeurs, salons du livre, bibliothèques, libraires, etc.) et de prévoir des conditions plancher dans les contrats des autrices et des auteurs.

D’autres mesures importantes ont été introduites, comme des dispositions en matière de harcèlement psychologique ou sexuel, avec les mêmes droits et recours pour les artistes que ceux inscrits dans les normes du travail. Les écrivaines et écrivains tout comme l’UNEQ pourront dorénavant s’adresser au Tribunal administratif du travail en cas de manquements aux dispositions de la loi.

Il reste toutefois une étape cruciale à franchir : le projet de loi doit être adopté avant la fin des travaux parlementaires, qui se termineront le 10 juin prochain.

Suzanne Aubry

L’UNEQ est un syndicat professionnel qui n’intervient pas dans les dossiers politiques, sauf pour défendre les intérêts socio-économiques des écrivaines et des écrivains. Mais nous ne pouvons garder le silence devant la tragédie qui se déroule sous les yeux du monde entier depuis le premier jour de l’invasion illégale de l’Ukraine décidée par le président russe, Vladimir Poutine.

Au nom des autrices et auteurs que je représente, je tiens à exprimer notre entière solidarité envers le peuple ukrainien aux prises avec l’horreur d’une guerre qu’il n’a jamais provoquée. Nous saluons le courage des Ukrainiennes et des Ukrainiens qui doivent se défendre contre une machine de guerre aussi puissante que destructrice, et nous sommes de tout cœur avec nos collègues écrivaines et écrivains d’Ukraine dans cette terrible épreuve.

Nous dénonçons la perte de vies humaines et pleurons la mort de femmes, d’hommes et d’enfants qui, il y a un peu plus d’une semaine, vivaient dans la paix. Nous craignons que la situation ne cesse de s’aggraver et que la population de l’Ukraine ne soit écrasée par le rouleau compresseur russe.

La liberté, la culture et la paix sont trois piliers fondamentaux de la démocratie. Ces valeurs sont indissociables de notre vie d’artiste. Nous demandons au Canada et à la communauté internationale de continuer à conjuguer tous leurs efforts pour faire cesser cette violence insensée, restaurer la sécurité, la liberté et la paix en Ukraine et assurer son avenir en tant que pays libre et souverain.

Suzanne Aubry

Il est beaucoup question d’inflation depuis quelque temps. L’indice des prix à la consommation (IPC) a grimpé de 3,4 % au Canada en 2021, la croissance la plus rapide depuis 1991 selon Statistique Canada. Et il était de 3,8 % au Québec !

Suzanne Aubry

Selon l’adage bien connu, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

L’UNEQ a fait preuve d’une grande patience depuis plusieurs années et a laissé beaucoup de longueur au temps afin d’obtenir, enfin, une révision des lois sur le statut de l’artiste.

Notre persistance a été en grande partie récompensée. Après maintes représentations de notre part et d’autres associations d’artistes auprès du gouvernement du Québec, des consultations ont eu lieu du 19 novembre 2020 au 1er février 2021.

Et, pour la première fois depuis son élection, le premier ministre François Legault a confirmé, lors d’un point de presse qui a eu lieu le 10 décembre pour faire le bilan de son gouvernement, qu’il respectera sa promesse de réviser les lois sur le statut de l’artiste avant la fin de son mandat.

Nous voulions une nouvelle loi à l’automne, ce qui n’a pas été fait. Il nous faut impérativement une nouvelle loi déposée et adoptée avant la fin du mandat du gouvernement. Ce gouvernement a donné sa parole, par l’entremise de la ministre Nathalie Roy et du premier ministre François Legault. Nous leur avons accordé notre confiance, mais nous attendons des résultats concrets et probants.

Suzanne Aubry

Les écrivaines et écrivains québécois ont assez attendu ! Le temps presse plus que jamais : le gouvernement du Québec doit respecter sa promesse et déposer une nouvelle loi sur le statut de l’artiste dès cet automne.

Jean-Sébastien Marsan

Lorsque l'écrivaine Ayavi Lake a été retenue pour le programme de parrainage de l’UNEQ, jumelée en 2018 à la mentor Mélikah Abdelmoumen, elle ne se doutait pas qu'elle compléterait un recueil de nouvelles, que cet ouvrage serait publié en 2019 par VLB éditeur et remporterait le Prix des Horizons imaginaires l'année suivante. « Quand j’ai rencontré Mélikah, je lui ai expliqué mon problème : j’avais écrit plusieurs nouvelles, dont certaines étaient inachevées, et je n’arrivais pas à trouver une boucle. Mélikah m’a aidé à terminer ces nouvelles et finalement à terminer le recueil au complet ».