Les libraires ne laisseront pas mourir la littérature ! Mouvement Sauvons les livres!

« Si une librairie ferme, c’est le cœur d’une ville qui s’arrête»
– Dany Laferrière, commission parlementaire, 17 septembre 2013

Le 1er novembre 2013 – De Gaspé à Rouyn, de Chicoutimi à Gatineau, ce sont plus de 60 librairies québécoises, indépendantes et en milieu scolaire et de toutes les régions du Québec, qui manifestent aujourd’hui pour presser le gouvernement de donner suite à la commission parlementaire sur le prix du livre neuf. « Il faut réglementer le prix des livres, papiers et numériques, ça urge!

En cette veille de la journée des morts, les tables des nouveautés et/ou les vitrines de ces librairies ont toutes été recouvertes d’un linceul blanc, laissant traverser uniquement les quelques livres qui seront encore offerts aux lecteurs à court terme si le gouvernement n’agit pas maintenant. Est-ce la librairie de demain que nous souhaitons? Est-ce la diversité que nous désirons? Si ces propos semblent alarmistes, rappelons l’accélération du nombre de fermetures de librairies indépendantes au cours de la dernière année. «Le gouvernement doit réglementer le prix des livres pour éviter un appauvrissement rapide de la littérature. Il nous a entendus pendant la commission parlementaire qui est terminée depuis plus d’un mois. Il doit maintenant déposer son projet de loi.» lance Jeanne Lemire, directrice de la Librairie Paulines, rue Masson à Montréal.

C’est d’ailleurs dans cette librairie que le nouveau mouvement Sauvons les livres pose son premier geste d’éclat. Composé de libraires, d’auteurs, d’éditeurs et de diffuseurs, ce mouvement a pris naissance dans plusieurs régions du Québec et compte poser une série d’autres actions au cours de la semaine prochaine pour faire entendre l’impatience du secteur du livre. Les audiences publiques de la commission parlementaire ont démontré qu’il existe, au sein du milieu du livre, un large consensus en faveur d’un prix réglementé sur les nouveautés. Cette mesure est nécessaire pour maintenir le dynamisme de la vie littéraire québécoise. Les écrivains d’ici ont besoin d’un réseau de librairies diversifié pour pouvoir exister en grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>