L’UNEQ salue le Plan d’action sur le livre

 

Montréal, le 24 avril 2015 – L’Union des écrivaines et des écrivains québécois se réjouit du Plan d’action sur le livre qui, par son envergure, promet d’avoir un effet positif sur l’ensemble de la chaîne du livre.« Le mérite de ce plan, affirme la présidente de l’UNEQ Danièle Simpson, est de travailler sur plusieurs aspects à la fois et de reconnaître le rôle joué par tous les acteurs du milieu du livre sans oublier les auteurs.»

Le plan dévoilé par la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, prévoit l’injection de 10,7 millions de dollars d’argent neuf sur deux ans. Ces investissements à travers une série de mesures contribueront à donner un nouvel élan au secteur du livre, qui en a grand besoin. L’UNEQ voit d’un très bon œil la campagne de promotion de la littérature québécoise et des librairies agréées que le gouvernement s’engage à mener ainsi que l’éventail de mesures visant à consolider l’ensemble des librairies agréées et des bibliothèques publiques. Les auteurs et les lecteurs ont avantage à pouvoir compter sur un réseau en santé et efficace partout au Québec.

Parmi les mesures adoptées, celle visant à accroître la visibilité des écrivains et leur présence dans les librairies agréées répond à une demande de l’UNEQ qui voulait voir se multiplier les rencontres et les échanges entre les auteurs et leur lectorat. Lors du dévoilement de son plan d’action, la ministre David a présenté les écrivains comme étant les meilleurs ambassadeurs pour transmettre la passion et l’amour des œuvres d’ici, ce dont l’UNEQ ne peut que se réjouir. Mais outre cela, l’Union tient à préciser qu’elle se sent solidaire du milieu et souhaite que la littérature et le livre québécois connaissent un nouvel essor qu’elle croit bénéfique pour tous.

Le ministère de la Culture et des Communications prévoit mener une campagne de sensibilisation auprès des acheteurs institutionnels comme les écoles et les commissions scolaires pour les inciter à respecter leur obligation de s’approvisionner auprès des librairies agréées. L’UNEQ tient à rappeler qu’il y a eu une baisse considérable des achats de livres par les commissions scolaires au cours de la dernière année bien qu’elles aient reçu un financement qui devait être dédié aux acquisitions des bibliothèques scolaires. Le ministère de la Culture ne peut faire cavalier seul en ce qui a trait au secteur du livre. Le ministère de l’Éducation a d’importantes responsabilités à ce chapitre car il doit faire de la promotion de la lecture dans les écoles une priorité afin de renforcer le sentiment d’identité des jeunes.

Créée en 1977, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois regroupe plus de 1 600 poètes, romanciers, auteurs dramatiques, essayistes, auteurs pour jeunes publics et auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socioéconomiques des écrivains.

– 30 –

Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)
Louiselle Lévesque, chargée de communications,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>