Décès de l’écrivaine Nicole Houde

La romancière Nicole Houde est décédée dans la nuit du 3 février 2016 à Montréal. Auteure d’une œuvre importante et lauréate de nombreux prix littéraires, dont le Prix du Gouverneur général et le Prix du Journal de Montréal, elle laisse dans le deuil ses trois enfants qu’elle aimait tant : Frédéric, Mélanie et Janis.
Discrète et affectueuse, d’une inconditionnelle générosité, Nicole Houde se faisait une joie et un devoir de lire chaque année les nouveautés québécoises, tant la poésie que le roman.

En 2007, Elle participait à l’événement Livres comme l’air et était jumelée à Eynulla Fatullayev d’Azerbaidjan.
Voici la dédicace qu’elle lui a rédigée.

 

Cher Eynulla Fatullayev,

Vous êtes enfermé dans une prison où on vous oblige au silence. On croit ainsi vous enlever tout horizon, mais il vous reste celui de la conscience, celui du cœur. Tous ces mots que vous avez écrits portent une lumière qui fait partie de votre être. Les geôliers ne peuvent rien contre la souveraineté de cette liberté, qui, œuvre de mémoire, fait fi des portes closes et des fenêtres grillagées. Le courage a plusieurs voix, et de connaître maintenant la vôtre compte pour moi : je vous imagine souvent dans ce lieu où mille petites et grandes misères vous assaillent ; et pendant tous ces jours, pendant tous ces mois, vous pratiquez le métier le plus nécessaire qui soit, celui d’espérer.

Nicole Houde

 

Sa famille recevra vos condoléances le samedi 6 février de 14h à 18h, à la Maison funéraire J.A. Guilbault, au 5359 boulevard St-Michel, à Montréal (angle Masson). Il reste à confirmer une rencontre d’amitié qui devrait se tenir juste après, au Café Lézard, situé à proximité sur la rue Masson.

 

Son ami, l’écrivain Yvon Paré publie sur sa page Facebook ce magnifique hommage :

«MON AMIE NICOLE N’EST PLUS

J’ai vu le nom de Nicole Houde pour la première fois sur un fil de presse au journal Le Quotidien. Je surveillais les nouvelles et là, j’apprenais qu’une fille de Saint-Fulgence venait de remporter le Prix du Journal de Montréal pour La Malentendue. C’était en 1983. Nous avions fait la première page du journal. Les médias écrits s’intéressaient encore à la littérature alors.
Nous sommes devenus des amis. Trente ans déjà. Nous avons toujours été des amis, même avant de se rencontrer… C’était comme ça avec toi. Et là… La fin. Le dernier tournant. La dernière page.
L’amie, la romancière, la lectrice, le grand cœur, la rieuse, la coquette, ma lectrice de manuscrit, l’amoureuse des fleurs, des oiseaux, des chats qui traversent ses romans n’est plus. Quand je pensais qu’un manuscrit était près de devenir un livre, je faisais appel à son œil d’anthropologue. Je disais à la blague qu’elle n’était pas une lectrice, mais un scanneur. Elle voyait tout dans un texte.
Quand elle débarquait à la maison tout s’arrêtait. Quand elle téléphonait, plus rien n’avait d’importance. Elle possédait l’art d’arrêter le temps.
J’aimais la femme, l’amie, la lectrice, l’écrivaine unique qu’elle est et qu’elle restera. Un parcours unique, des romans lestés de vie. J’ai lu et relu Nicole au hasard de mes activités. J’en ai parlé si souvent dans mes conférences, mes rencontres autour des livres. J’en parlais tout le temps. Peut-être parce qu’elle était une compagne d’Amérique avec son univers si particulier. Elle aimait ceux et celles qui s’aventurent sur les petits chemins cahoteux et boueux. Elle avait un amour des humains et de sa famille qui ne s’est jamais démenti. Elle adorait Georges Brassens, Leonard Cohen, elle aimait tout court. Que de bons moments elle m’a fait vivre.
Amis lecteurs et lectrices, nous perdons une grande écrivaine, une grande Québécoise.
Elle a su repousser toutes les difficultés grâce à son amour des mots. Elle travaillait un récit il y a quelques semaines encore. Elle m’a fait lire les premières pages. Elle était pleine de doutes et c’était formidable comme toujours. Alors Nicole, tu es du côté de Gabriel Garcia Marquez, de Michel Tournier et de Gunther Grass, de Gaston Miron, de Gaétan Soucy et de Virginia Woolf. Ce que vous allez rire dans votre club de lecture.
Tu le sais, je vais écrire encore et encore pour continuer à parler de ton œuvre unique au Québec. Je te dis bonne route « en plein midi soleil ». Tu occuperas un grand remous dans ma mémoire, tu seras l’inconnue de mon jardin plein de musiques et d’oiseaux. Je pense à toi, pour que la vie soit vraie.»

5 commentaires sur “Décès de l’écrivaine Nicole Houde

  1. Étienne Godard

    Bonjour,

    Je connais Frédérique depuis plusieurs années par l’entremise du Relais Mont-Royal. C’est avec beaucoup de tristesse qu’il m’a annoncé, mercredi soir, le décès de sa mère. J’aimerais faire part à l’ensemble de la famille mes condoléances

    Bien à vous,

    Étienne Godard
    membre du Relais Mont-Royal

    • Mélanie Mailhot

      Merci Étienne pour vos condoléances.
      Nicole était entourée de tous ceux qui l’ont aimée lors d’un dernier adieu aujourd’hui.
      Au nom de ses trois enfants,

      Mélanie

  2. Therese Girard

    NICOLE fut ma grande amie d’enfance, à St-Fulgence, jusqu’a mes 20 ans elle fut présente, fille de grand coeur, une intelligence hors du commun, au dessus de la moyenne, je garde un beau souvenir d’elle, j’aie suivie ses oeuvres litteraires, que de plaisir, à parcourir ses romans, qui m’ont fortement touché, à sa famille, enfants soeurs Ginette Céline Luc, mes plus si créés sympathies, ps je l’aie rencontrée il y a quelques années au Saguenay, lors d’un salon du livre, notre rencontré fut comme si c’était hier, c’était ça Nicole

  3. Chantal Girard

    Nous sommes de tout cœur avec vous tous. L’annonce de son décès
    a été avec reçu avec tristesse de toute la famille Girard

    La famille Albert Girard, St=Fulgence

  4. Gabrielle Blanchard

    Quel phénomène étrange, je viens de terminer la lecture d’un de ses romans dédicacé a ma mère Marie-Anne, et je me disais que j’entrerai en contacte avec Nicole pour lui dire que ma très chère maman nous a quitté, et pour lui dire aussi que je l’invite a venir dans mon Acadie ou elle a vécu quelque temps avec ses enfants (en bas âges) et son conjoint de l’époque un Mailhot. Mais quelle tristesse j’éprouve alors que j’aurais tellement voulu lui parler, lui dire que ici a Maisonnette au NB. nous ne l’oublions pas. Sympathie a toute sa famille immédiate et spécialement a ses enfants chéris. ………… une amie Gabrielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>