Pablo Rodriguez ministre du Patrimoine canadien : une nomination bienvenue

Montréal, 18 juillet 2018 — L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) tient à féliciter Pablo Rodriguez pour sa nomination à la tête du ministère du Patrimoine canadien.

Lorsqu’il était le député porte-parole officiel pour la Culture au Parti libéral du Canada, Pablo Rodriguez a démontré sa sensibilité pour les préoccupations des artistes ainsi que son attachement aux valeurs fondamentales de justice et d’équité. Notamment lors de l’étude du projet de loi C-32 modifiant la Loi sur le droit d’auteur, sous le règne des conservateurs de Stephen Harper.

Le 11 février 2011, Pablo Rodriguez a trouvé les mots justes pour dénoncer le sort réservé aux artistes par ce projet de loi :

« Lorsqu’on fait un projet de loi, il faut s’assurer que ce soit un projet balancé. Dans ce cas-ci, ça signifie qu’il faut que les consommateurs soient capables de se procurer facilement les produits culturels, mais aussi que les créateurs de ces œuvres reçoivent une rémunération juste. Le problème, c’est que le projet de loi est complètement débalancé en faveur des grandes entreprises et des consommateurs, au détriment des créateurs ».

(Source : Maxime Pelletier, « Les conservateurs ignorent les intérêts des créateurs », La Tribune, Sherbrooke, 12 février 2011, p. 36 — cliquez ici pour lire l’article.)

L’actuelle Loi sur le droit d’auteur est le fruit de ce projet de loi. L’examen de la Loi, amorcé à la Chambre des communes au printemps dernier, demeure un enjeu capital pour les écrivains. L’UNEQ souhaite vivement que le nouveau ministre du Patrimoine canadien s’implique activement à corriger les déséquilibres introduits par le gouvernement conservateur et à remettre les créateurs au cœur de cette législation.

L’UNEQ espère également que le gouvernement libéral continuera à financer adéquatement les sociétés d’État et les organismes culturels sous sa responsabilité (le Conseil des arts du Canada, le Fonds des médias du Canada, l’Office national du film du Canada, Radio-Canada, Téléfilm Canada, etc.), imposera des quotas de production en langue française à Netflix, favorisera l’équité fiscale entre les GAFA et les compagnies canadiennes, et maintiendra l’exception culturelle à la table de négociation de l’ALENA.

À propos de l’UNEQ

Créée en 1977, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois regroupe plus de 1 600 poètes, romanciers, auteurs dramatiques, essayistes, auteurs pour jeunes publics et auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socioéconomiques des écrivains.

— 30 —

Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

Contact : Jean-Sébastien Marsan, directeur des communications, 514 849-8540 poste 225 | jsmarsan@uneq.qc.ca
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>