Sauvons notre culture !

Pendant des années, notre culture nationale, régionale, locale prospérait à la radio, à la télé et à l’écrit. Nos politiques ont permis l’essor d’écosystèmes culturels dynamiques et professionnels qui alimentent notre identité, et même notre économie.

Les développements technologiques et l’arrivée des géants du Web ont fortement perturbé le secteur culturel en entraînant des changements dans la façon de produire, de distribuer, de promouvoir et d’accéder aux contenus culturels. Les plateformes en ligne offrent un choix important de contenus musicaux, audiovisuels et littéraires. Mais peut-on vraiment choisir de voir, d’écouter, de lire nos artistes et nos créateurs sur ces plateformes ? Nos productions sont-elles assez présentes ? Sont-elles suffisamment soutenues et mises en valeur dans ce nouvel environnement ?

La réponse est non. Parce que nos politiques culturelles ne s’appliquent pas en ligne.

Alors que leurs parts de marché ne cessent d’augmenter, les plateformes en ligne n’ont pas à respecter les mêmes règles que nos détaillants, diffuseurs et câblodistributeurs. Elles n’ont pas l’obligation de mettre en valeur et de financer le contenu culturel d’ici. Les entreprises étrangères profitent, en plus, d’une fiscalité plus favorable ! Elles accumulent des données précieuses sur nos habitudes et préférences, mais ne fournissent aucune donnée sur l’accès à notre culture !

De la même manière, les fournisseurs de services internet et de téléphonie mobile voient leurs revenus augmenter grâce à l’accès aux contenus culturels en ligne, mais sans être obligés de contribuer au financement de la création.

Pendant ce temps, de plus en plus d’écrivains, d’artistes, de créateurs, de professionnels et d’entrepreneurs culturels doivent faire d’importants sacrifices. Certains ne peuvent même plus vivre de leur art ou de leurs activités (voyez le sondage mené l’an dernier auprès des membres de l’UNEQ — cliquez ici).

Il est urgent d’agir pour que nos écosystèmes culturels demeurent vivants et innovants et qu’ils continuent à alimenter notre singularité, notre fierté et nos aspirations.

La campagne #SauvonsNotreCulture lancée le 20 août 2019 par la Coalition pour la diversité des expressions culturelles (CDEC, dont fait partie l’UNEQ) vous propose d’écrire aux candidats aux élections fédérales pour leur demander de faire appliquer nos politiques culturelles aux plateformes en ligne — cliquez ici.


 

  1. Joan Gagnon

    J’appuie cette démarche. Que le futur gouvernement adopte des mesures fiscales justes et équitables pour assurer un financement adéquat aux industries culturelles canadiennes et québécoises. Nous avons besoin que notre culture soit entendue et considérée par les autorités gouvernementales en place avec des mesures qui favorisent son évolution et son épanouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>