Crise du coronavirus et perte de revenus

Nous savons que pour les membres de l’UNEQ comme pour tous les artistes, cette période de crise sera synonyme de pertes de revenus.

Des organismes gouvernementaux comme le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ont mis en place des mesures financières d’urgence — voir plus bas.

La direction de l’UNEQ est en contact avec les différentes instances gouvernementales, notamment le CALQ, afin d’assurer un suivi.

Pour l’instant, nous prions les écrivaines et les écrivains de documenter systématiquement leurs pertes de revenus survenues depuis le 10 mars 2020 (conserver les courriels d’annulation, par exemple). Il est inutile de faire parvenir des documents à l’UNEQ pour le moment, mais il est important de les conserver pour pouvoir les transmettre plus tard à la demande des organisations gouvernementales.

Programmes d’aide et mesures financières d’urgence

⇒ Le gouvernement du Canada des mesures de soutien économique pour les Canadiens qui ne bénéficient pas de congés de maladie payés, pour ceux qui perdent leur emploi ou qui sont confrontés à des heures de travail réduites, pour les travailleurs autonomes, pour les familles à revenu faible ou modeste, etc. Pour en savoir plus, cliquez ici.

⇒ Le gouvernement du Québec a créé un Programme d’aide temporaire aux travailleurs touchés par le coronavirus (PATT). Cette aide financière pourra répondre aux besoins des travailleurs qui ne peuvent gagner en totalité leur revenu de travail en raison d’un isolement pour contrer la propagation de la COVID-19 et qui ne sont pas admissibles à un autre programme d’aide financière gouvernementale, par exemple l’assurance-emploi, une compensation versée par l’employeur ou par des assurances collectives ou privées. Pour en savoir plus, cliquez ici.

⇒ Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a dévoilé des mesures financières d’urgence pour les artistes et les organismes affectés par la pandémie. Pour en savoir plus, cliquez ici.

⇒ Vous avez reçu une subvention ou une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour un projet ou un déplacement, mais tout est compromis par la pandémie ? Pouvez-vous reporter votre projet ou votre déplacement ? Devrez-vous rembourser la subvention ? Pour en savoir plus, consultez la foire aux questions du CALQ.

⇒ Si vous faites partie d’un organisme ou d’un collectif soutenu par le Conseil des arts de Montréal (CAM), ou si vous avez obtenu une résidence du CAM, consultez la foire aux questions du CAM.

⇒ Le Conseil des arts du Canada (CAC) a suspendu son financement pour les activités impliquant des déplacements et a assoupli sa politique sur le remboursement des subventions pour les activités touchées par la COVID-19. Pour en savoir plus, consultez la foire aux questions du CAC.

⇒ La fermeture de tout le réseau scolaire, des bibliothèques et autres lieux culturels compromet temporairement les programmes de rencontres coordonnés par l’UNEQ : Tournées-rencontres, Parlez-moi d’une langue !, La culture à l’école et Writers in Cegeps. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec a publié une foire aux questions (au format PDF) sur ses programmes d’aide financière et ses services. Les écrivaines et les écrivains trouveront des informations qui concernent plus particulièrement les programmes de rencontres à la page 19.

⇒ Une écrivaine ou un écrivain faisant face à des difficultés financières très sérieuses (incapacité à payer son loyer ou d’autres frais de subsistance vitaux) peut bénéficier du fonds de secours Yves-Thériault. Il s’agit d’une aide ponctuelle, destinée à des cas de grande nécessité. Pour en savoir plus, cliquez ici.

La Maison des écrivains fermée au public, mais l’UNEQ demeure à votre service

La Maison des écrivains sera fermée au public jusqu’au 30 mars 2020, en conformité avec l’état d’urgence sanitaire imposé par le gouvernement du Québec pour contenir la COVID-19.

L’équipe de l’UNEQ demeure à votre service, en télétravail. N’hésitez pas à la contacter.

 

2 commentaires sur “Crise du coronavirus et perte de revenus

  1. Stéphanie Leduc

    Merci pour ces précieuses informations !

  2. Gérald Baril

    Objet : Prestation canadienne d’urgence
    Bonjour,
    Concernant la prestation d’urgence de 2000$ par mois durant quatre mois, offerte par le gouvernement canadien aux travailleurs autonomes, le critère financier d’admissibilité me semble trop restrictif. On sait que les revenus des artistes peuvent fluctuer beaucoup d’une année à l’autre. Ceux qui ont eu une année particulièrement maigre en 2019 pourraient être doublement pénalisés avec les conditions actuelles d’admissibilité. L’UNEQ pourrait-elle tenter d’infléchir le gouvernement, de façon à ce que soient admissibles à la prestation non seulement les travailleurs autonomes ayant produit un minimum de revenu brut de 5000$ en 2019 (ou au cours de la dernière année), mais aussi ceux qui auraient produit, par exemple (je ne suis pas compétent pour établir les chiffres exacts), 15000$ au cours des trois dernières années?
    Par ailleurs, le versement d’une prestation universelle à tous les Canadiens qui en feraient la demande, imposable et donc éventuellement remboursable, serait peut-être une solution plus équitable et plus simple à appliquer.

    Merci à toute l’équipe de l’UNEQ pour votre engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>