L’UNEQ appelle ses membres à se prononcer sur les cotisations syndicales et l’avenir de la Maison des écrivains

Montréal, le 18 janvier 2023 – Les membres du conseil d’administration de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) se sont réunis ce mardi 17 janvier afin de statuer sur les questions entourant les cotisations syndicales et la vente de la Maison des écrivains. Il a été décidé que l’assemblée générale extraordinaire annoncée le 28 décembre dernier par la présidente aura lieu le 29 mars 2023.  

Depuis plus de 40 ans, l’UNEQ se consacre à la défense des droits socioéconomiques des écrivaines et des écrivains ainsi qu’à la valorisation de la littérature québécoise. Dans son plan stratégique 2023-2027, l’UNEQ poursuit et renforce cette mission.

Le conseil d’administration est conscient que les questions liées aux cotisations syndicales et à la vente de la Maison des écrivains préoccupent certains membres et convoque donc ses membres à s’exprimer sur ces questions lors de l’assemblée générale extraordinaire prévue le 29 mars prochain.

Les négociations, un chantier majeur

À la suite de l’adoption de la nouvelle loi sur le statut de l’artiste le 3 juin 2022, l’UNEQ a désormais la responsabilité de négocier avec les éditeurs et diffuseurs des ententes collectives qui permettront d’améliorer les conditions de vie et de travail des artistes de la littérature afin d’assurer des conditions minimales de travail et la création d’un filet social.

L’UNEQ a aussi le devoir de représenter tous les artistes du domaine de la littérature aux fins de la négociation et de l’exécution de leurs contrats.

L’UNEQ mettra donc en place un comité consultatif dans les prochains jours afin de permettre aux membres de participer au processus de détermination des modalités des cotisations syndicales. Ce comité sera composé d’écrivaines et écrivains aux points de vue variés et de différents experts issu·e·s, par exemple, des domaines juridiques, économiques et syndicaux. Il aura pour mandat d’étudier avec précision cette question et de formuler au conseil d’administration une série de recommandations, en adéquation avec les besoins de l’Union et de ses membres. Ces travaux permettront au conseil d’administration de soumettre une nouvelle résolution aux membres lors de l’assemblée générale extraordinaire.

La Maison des écrivains

Le conseil d’administration réaffirme que sa décision de vendre la Maison des écrivains est nécessaire : les coûts d’entretien, de réparation, de besoins en personnel et de mise aux normes, notamment en matière d’accessibilité universelle et de sécurité, qui ne cesseront de croître dans les prochaines années, compromettent à moyen terme la capacité de l’Union à assurer la pérennité financière de l’organisation et son développement.

Dans un contexte de baisse de fréquentation de la Maison des écrivains et le fait que les projets de valorisation de la littérature québécoise menés par l’UNEQ, autant en ligne qu’en personne, ont permis d’organiser près de 600 rencontres et de rejoindre plus de 25 000 personnes à travers le territoire l’année dernière, l’UNEQ souhaite poursuivre dans cette voie.

Le conseil d’administration est conscient que cette décision préoccupe des membres et soumettra donc la question au vote lors de l’assemblée générale extraordinaire. Les différents éléments qui ont mené à cette décision seront présentés et diffusés en amont.

Les autrices et auteurs non-membres qui souhaitent s’exprimer lors de cette assemblée sont donc invité·e·s à devenir membre de l’UNEQ avant le 14 février, afin d’être éligibles au droit de vote. Cette date prend en compte les délais de traitement et de validation, afin que l’adhésion des nouveaux membres soit effective 30 jours avant l’assemblée.

« C’est un travail titanesque qui nous attend, mais cela nous permettra de remplir adéquatement notre rôle historique. Les décisions qui ont été prises dans le cadre du plan stratégique ont pour but de nous aider à bien remplir nos mandats de valorisation de la littérature québécoise et de défense des droits socioéconomiques des écrivaines et des écrivains. Nous souhaitons également maintenir et adapter nos nombreux services qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie et de travail des artistes de la littérature », déclare la présidente de l’UNEQ, Suzanne Aubry.

À propos de l’UNEQ

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) est reconnue l’association représentative des artistes du domaine de la littérature et compte actuellement plus de 1 600 membres. Le syndicat professionnel travaille depuis 1977 à la défense des droits socio-économiques des écrivaines et des écrivains, ainsi qu’à la valorisation de la littérature québécoise au Québec, au Canada et à l’étranger.

– 30 –

Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

Contact : Léa Vanden Casteele, chargée de communication, 514 849-8540 poste 225 | lea.vdc@uneq.qc.ca