Pour une réglementation du prix du livre au Québec

Montréal, le 15 août 2013 – L’Union des écrivaines et des écrivains québécois se prononce résolument en faveur d’une réglementation du prix du livre. Dans un mémoire présenté dans le cadre des travaux de la Commission de la culture et de l’éducation qui s’ouvrent à Québec le 19 août prochain, l’UNEQ défend cette position au nom de l’importance et de la nécessité de préserver la diversité de l’offre littéraire. La présidente de l’UNEQ, Danièle Simpson, affirme « qu’une politique de réglementation du prix du livre s’impose de façon urgente afin d’assurer la survie du réseau de librairies à travers le Québec qui se trouve fragilisé notamment par un recul de ses ventes». L’UNEQ s’inquiète de voir le nombre de ces librairies diminuer et anticipe les conséquences que pourrait avoir la fermeture d’autres librairies indépendantes sur l’accès au livre et à une variété d’œuvres littéraires.

Sylvie Desrosiers, membre du conseil d’administration de l’UNEQ, estime pour sa part que « si l’on veut éviter un appauvrissement de la bibliodiversité, le statu quo n’est plus envisageable puisque, dans le contexte actuel, les librairies pourront de moins en moins courir le risque d’offrir des titres qui sortent des sentiers battus ou qui ne sont pas l’œuvre d’auteurs à succès. »

L’UNEQ, à l’instar de ses partenaires de la Table de concertation du livre, recommande donc de limiter à 10% les rabais consentis sur les nouveaux titres, une limite qui cesserait de s’appliquer neuf mois après leur parution. Les nouveautés en version numérique devraient également être soumises à cette mesure de soutien du marché du livre. Il y a eu plus de 6 500 nouveautés publiées en 2011 au Québec.

La preuve a été faite en France que l’adoption d’une telle réglementation a un effet structurant sur le réseau des librairies indépendantes sans nuire pour autant aux ventes par d’autres canaux et surtout sans entraîner une hausse du prix des livres.

L’UNEQ exhorte donc le gouvernement du Québec à agir sans plus attendre et à adopter les dispositions législatives appropriées pour mettre en place un tel encadrement.

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois est un syndicat professionnel créé en 1977. L’UNEQ regroupe près de 1 400 écrivains : des poètes, des romanciers, des auteurs dramatiques, des essayistes, des auteurs pour jeunes publics, des auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socio-économiques des écrivains.

– 30 –

Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)
Louiselle Lévesque, chargée de communications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ceci HTML tags et attributs

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>